Relire… Les Confessions – 6

Relire… Les Confessions – 6

Relire… Les Confessions – 6

Augustin d’Hippone

Relire… Les Confessions – VI

Ne sois pas vide, mon âme. Le vacarme du vide ne doit pas assourdir l’oreille du coeur. Ecoute, toi aussi: la parole elle-même te crie de revenir au lieu du repos imperturbable où l’amour n’est pas abandonné si lui-même n’abandonne pas. Voici. Passent les choses pour céder la place à d’autres. Pour que l’univers ici-bas soit composé de tous ses éléments. Et moi, Je m’en vais aussi? demande la parole de Dieu.

Fixe là ta maison. Remets tout ce que tu as, mon âme, épuisée de sortilèges. Remets à la vérité tout ce qui pour toi est vérité, et tu ne perdras rien. Ta pourriture refleurira. Toutes tes maladies guériront. Ta nature éphémère se reformera et se renouvellera, et se liera à toi non pour t’entraîner à terre dans sa chute, mais pour être stable avec toi et permanente à côté du Dieu toujours stable et permanent.

Pourquoi perverse suivre ta chair? Qu’elle-même te suive, convertie.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

Print Friendly, PDF & Email

Ajouter un commentaire