Morceaux choisis – 663 / François Mauriac

Morceaux choisis – 663 / François Mauriac

Morceaux choisis – 663 / François Mauriac

François Mauriac 

Tout est grâce: ce qui signifie que Dieu se sert de tout, et même du médiocre, et même du vulgaire, et même du pire, – peut-être surtout du pire comme il apparaît dans l’histoire de Madeleine qui aime le Seigneur plus que les autres parce qu’il lui a été pardonné plus qu’aux autres. 

Si vous ne voyez pas de signe et de prodige, vous ne croyez pas! soupirait le Seigneur. Nous qui n’avons vu ni signe ni prodige, et qui sommes restés fidèles à cette Eglise dont nous voyons, ces temps-ci, tomber les peaux mortes des vieux rites, au fond c’est à Quelqu’un que nous serons demeurés fidèles, c’est à ce courant de vie surnaturelle, c’est à ce filet de grâce qui s’est frayé sa route jusqu’à nous à travers les scories du culte, mais ce filet d’eau aura suffi pour que nous ne mourions pas de soif.

François Mauriac, Nouveaux mémoires intérieurs, dans: Oeuvres autobiographiques (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1990)

image: Centre François Mauriac, Malagar / France (mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr)

Print Friendly, PDF & Email

Ajouter un commentaire