Chemins de traverse – 662 / Fiodor Dostoïevski

Chemins de traverse – 662 / Fiodor Dostoïevski

Chemins de traverse – 662 / Fiodor Dostoïevski

Fiodor Dostoïevski

Jeune homme, n’oublie pas la prière. Toute prière, si elle est sincère, exprime un nouveau sentiment, elle est la source d’une idée nouvelle que tu ignorais et qui te réconfortera, et tu comprendras que la prière est une éducation. Souviens-toi encore de répéter chaque jour, et toutes les fois que tu peux, mentalement: Seigneur, aie pitié de tous ceux qui comparaissent maintenant devant toi. Car à chaque heure, des milliers d’êtres terminent leur existence terrestre et leurs âmes arrivent devant le Seigneur ; combien parmi eux ont quitté la terre dans l’isolement, ignorés de tous, tristes et angoissés de l’indifférence générale. Et peut-être qu’à l’autre bout du monde, ta prière pour lui montera à Dieu, sans que vous vous soyez connus. L’âme saisie de crainte en présence du Seigneur, il sera touché d’avoir lui aussi sur la terre quelqu’un qui l’aime et qui intercède pour lui. Et Dieu vous regardera tous deux avec plus de miséricorde, car si tu as une telle pitié de cette âme, Il en aura d’autant plus, Lui dont la miséricorde et l’amour sont infinis. Et Il lui pardonnera à cause de toi.

Fiodor Dostoïevski, Les frères Karamazov, suivi de: Niétotchka Niézvanov (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1977)

image: Elena Petrova Gancheva, The Brothers Karamazov (saatchiard.com)

Print Friendly, PDF & Email
Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestDigg this

Ajouter un commentaire