Morceaux choisis – 144 / Thérèse de Jésus

Morceaux choisis – 144 / Thérèse de Jésus

Morceaux choisis – 144 / Thérèse de Jésus

Thérèse de Jésus (Thérèse d’Avila)

J’avais enduré de très cruelles souffrances dans ma vie, et, de l’aveu des médecins, les plus grandes que l’on puisse endurer ici-bas; j’avais vu tous mes nerfs se contracter à l’époque où je perdis l’usage de mes membres; en outre, j’avais été assaillie par divers maux dont quelques-uns, comme je l’ai dit, avaient le démon pour auteur. Tout cela, néanmoins, n’est rien en comparaison des douleurs que je sentis alors; et ce qui y mettait le comble, c’était la vue qu’elles seraient sans interruption et sans fin.

Mais ces tortures du corps ne sont rien à leur tour auprès de l’agonie de l’âme. C’est une étreinte une angoisse, une douleur si sensible, c’est en même temps une si désespérée et si amère tristesse, que j’essaierais en vain de les dépeindre. Si je dis qu’on se sent continuellement arracher l’âme, c’est peu; car dans ce cas, c’est une puissance étrangère qui semble ôter la vie, mais ici, c’est l’âme qui se déchire elle-même. Non, jamais je ne pourrai trouver d’expression pour donner une idée de ce feu intérieur et de ce désespoir, qui sont comme le comble de tant de douleurs et de tourments. Je ne voyais pas qui me les faisait endurer, mais je me sentais brûler et comme hachée en mille morceaux: je ne crains pas de le dire, le supplice des supplices, c’est ce feu intérieur et ce désespoir de l’âme.

Thérèse d’Avila, Livre de la vie, dans: Oeuvres complètes (Cerf, 1995)

image: La Solfatara, Pozzuoli / Italia (outletvacanze.blogspot.com)

Print Friendly, PDF & Email

Ajouter un commentaire