Chemins de la contemplation – 26

Chemins de la contemplation – 26

Chemins de la contemplation – 26

Yves Raguin

Chemins de la contemplation – XXVI

Les contemplatifs sont souvent troublés par de terribles tentations de l’esprit et de la chair. Les deux se révoltent quand Dieu introduit l’âme dans la contemplation. L’esprit se révolte en découvrant plus grand que lui, la chair se révolte d’être délaissée. Il peut arriver que des instincts, comme l’instinct sexuel, n’étant plus contrôlés par une raison qui est elle-même subjuguée dans la contemplation, deviennent fous. L’imagination peut parfois se sentir tout immergée dans les sensations et pensées charnelles. Toute la sensibilité est prise. Un geste, une acceptation, et elle pourrait se donner au plaisir qui s’épanouit en elle. Elle ne le veut pas. Son être peut être plongé dans la jouissance, elle ne veut pas s’y donner. Elle ne veut pas de ce plaisir, mais dans son être humain une jouissance s’épanouit, qui la submerge, sans pour autant pénétrer au plus intime d’elle-même… Quelque chose, en cet homme jouit, qui n’est pas cet homme.

C’est ainsi que l’homme peut passer au milieu de tout cela sans être le moins du monde souillé. La présence divine en lui a noué son vouloir profond à celui de Dieu. Il est à Dieu, en Dieu, et tout le reste n’est qu’agitation périphérique. Dieu l’a saisi. A Son amour, il veut répondre par son amour total.

Yves Raguin, Chemins de la contemplation (Desclée de Brouwer, 1969)

image: Carmel du Pâquier, Suisse (2017)

Print Friendly, PDF & Email
Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestDigg this

Ajouter un commentaire