Ton âme est plus grande que le monde – 4

Ton âme est plus grande que le monde – 4

Ton âme est plus grande que le monde – 4

Charles Journet

Ton âme est plus grande que le monde – IV

Jésus vous aime. Il creuse votre coeur par ces épreuves qui viennent du dehors, et Il le creuse plus encore par le désir que vous avez de faire entrer l’Evangile dans votre vie. Et puis, il y a des moments où Il vient à nous dans le sacrifice de la messe et qui nous unit à Sa Croix sanglante, et dans la communion où étant dans la gloire, Il continue de vouloir nous toucher à travers les blessures de Ses stigmates. Au moment où on Le reçoit dans la communion, c’est comme une éternité corporelle, où Il nous serre contre Son coeur et Sa Passion bien-aimée, pour faire de notre misère des âmes co-rédemptrices.

Pour l’Eucharistie, peut-être cela vous aiderait-il – on peut le faire aussi quand la prière est aride – de dire: Mon Dieu, je vais Vous recevoir, mais pas pour moi, je ne compte pas, mais pour tous ceux qui dans le monde ont faim de Vous, peut-être sans le savoir. Alors on se met de côté et on  dit le Notre Père pour que Dieu soit aimé des autres, et fasse ce qu’on ne sait pas faire. Car Jésus à ce moment pourrait vous dire: Je pourrais inonder ton âme d’un rayon de Mon Amour. Mais permets-tu que j’envoie ce rayon sur d’autres qui se perdent dans le monde? Alors cela pourra peut-être rendre désirable la plus aride des communions.

Dans la nuit de l’humilité où Dieu nous demande d’entrer, nous pouvons rencontrer la brûlure de Son Amour. Et combien profondément la tendresse qui Le pousse à se donner à nous dans l’Eucharistie. C’est comme à chaque fois une étreinte par laquelle Il nous serre sur Son coeur à la fois crucifié et glorifié. 

Charles Journet, Comme une flèche de feu – Lettres spirituelles (Ad Solem, 2008)

image: Eglise Sainte Thérèse, Genève / Suisse (2017)

Print Friendly, PDF & Email