Chemins de traverse – 724 / Jean d’Ormesson

Chemins de traverse – 724 / Jean d’Ormesson

Chemins de traverse – 724 / Jean d’Ormesson

Jean d’Ormesson

Le temps n’est rien. Il est tout. Tout n’est fait que de temps. Nous sommes plongés dans le temps et le temps est en nous. Vous pouvez imaginer un monde où manquerait presque tout: la mer, les arbres, les couleurs, les formes. Et même la pensée et les hommes. Impossible d’imaginer un monde qui serait privé du temps. Flanqué de l’espace, qui est une sorte de temps au rabais, apprivoisé et soumis, le temps, bien sûr, est mon domaine. J’ai été condamné à l’espace et au temps. Je domine l’un, l’autre me tue et m’empêche de mourir. Je suis le maître de l’espace, je le parcours en tous sens. Je suis l’esclave du temps. J’attends qu’il passe et qu’il finisse. Et je ne m’occupe que de lui. Le temps. Depuis que nous nous connaissons, je ne vous parle de rien d’autre.

Jean d’Ormesson, Histoire du Juif errant (coll. Folio/Gallimard, 1992)

Print Friendly, PDF & Email
Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestDigg this