Une étreinte de feu – 125 / Jean Leclerc

Une étreinte de feu – 125 / Jean Leclerc

Une étreinte de feu – 125 / Jean Leclerc

Jean Leclerc

Je crois, oui, je crois qu’un jour, Ton jour, ô mon Dieu, je m’avancerai vers Toi avec mes pas titubants, avec toutes mes larmes dans mes mains, et ce cœur merveilleux que Tu nous as donné, ce cœur trop grand pour nous puisqu’il est fait pour Toi…

Un jour je viendrai, et Tu liras sur mon visage toute la détresse, tous les combats, tous les échecs des chemins de la liberté. Et Tu verras tout mon péché. Mais je sais, ô mon Dieu que ce n’est pas grave, le péché, quand on est devant Toi. Car c’est devant les hommes que l’on est humilié, mais devant Toi, c’est merveilleux d’être si pauvre, puisqu’on est tant aimé!

Mais un jour, Ton jour, ô mon Dieu, je viendrai vers Toi. Et dans la véritable explosion de ma résurrection, je saurai enfin que la tendresse c’est Toi, que ma liberté c’est encore Toi. Je viendrai vers Toi, ô mon Dieu et Tu me donneras Ton visage.

Je viendrai vers Toi avec mon rêve le plus fou: T’apporter le monde dans mes bras. Je viendrai vers Toi et je Te crierai à pleine voix toute la vérité de la vie sur la terre, je Te crierai mon cri qui vient du fond des âges: Père j’ai tenté d’être un homme, et je suis ton enfant. 

Jean Leclerc, Je crois qu’un jour (oratoiredulouvre.fr)

image: http://www.citizart.com

Print Friendly, PDF & Email

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.