Lire l’Ancien Testament – 18 / La sagesse – II

Lire l’Ancien Testament – 18 / La sagesse – II

Lire l’Ancien Testament – 18 / La sagesse – II

Lire l’Ancien Testament – XVIII. La sagesse – II

mis à jour – 2016

La source de la sagesse, c’est la parole de Dieu au plus haut des cieux. Ses chemins sont les commandements éternels. La racine de la sagesse, qui en a eu la révélation, et ses subtilités, qui en a eu la connaissance? La science de la sagesse, à qui fut-elle manifestée, et qui a profité de sa grande expérience? Il n’y a qu’un seul être sage et très redoutable, celui qui siège sur son trône. C’est le Seigneur, lui qui a créé la sagesse; il l’a vue et mesurée, il l’a répandue sur toutes ses œuvres, parmi tous les vivants, dans la diversité de ses dons, et ceux qui aiment Dieu en ont été comblés. L’amour du Seigneur est une éminente sagesse; Dieu en accorde une part à ceux dont il veut se laisser voir. La crainte du Seigneur est gloire et fierté, joie et couronne d’allégresse. La crainte du Seigneur réjouira le cœur; elle procure plaisir, joie et longue vie. La crainte du Seigneur est un don du Seigneur; car elle fait persévérer sur les voies de l’amour. Si 1, 5-12 

Ainsi parle le Seigneur: « Que le sage ne se vante pas de sa sagesse, que le fort ne se vante pas de sa force, que le riche ne se vante pas de sa richesse. Mais celui qui se vante, qu’il se vante plutôt de ceci: avoir de l’intelligence pour me connaître, moi, le Seigneur qui exerce sur la terre la fidélité, le droit et la justice. Oui, en cela je me plais – oracle du Seigneur. » Jr 9, 22-23

Ils ont semé le vent, ils récolteront la tempête. L’épi ne donnera pas de grain; s’il y avait du grain, il ne donnerait pas de farine; et, s’il en donnait, elle serait dévorée par les étrangers. Os 8, 7

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu;  aucun tourment n’a de prise sur eux. Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir; leur départ est compris comme un malheur, et leur éloignement, comme une fin: mais ils sont dans la paix. Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment, mais l’espérance de l’immortalité les comblait. Après de faibles peines, de grands bienfaits les attendent, car Dieu les a mis à l’épreuve et trouvés dignes de lui. Comme l’or au creuset, il les a éprouvés; comme une offrande parfaite, il les accueille… Qui met en lui sa foi comprendra la vérité; ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui. Pour ses amis, grâce et miséricorde: il visitera ses élus. Sg 3, 1-6 / 9

image: Abbaye Notre-Dame de Tamié / Savoie, France

sources: Traduction officielle liturgique de la Bible (Mame, 2013)

Print Friendly, PDF & Email

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.