Regards ignatiens – 7

Regards ignatiens – 7

Regards ignatiens – 7

Regards ignatiens – VII

Pierre Claver

Saint Pierre Claver s’est fait appeler dès le jour de sa profession solennelle, premier esclave des noirs pour toujours. Il attendait les navires qui arrivaient de l’Afrique au principal marché d’esclaves du Nouveau Monde. Bien des fois, il les attendait uniquement avec des gestes, des gestes évangélisateurs, en raison de l’impossibilité de communiquer avec eux, à cause de la différence de langues. Mais une caresse transcende toutes les langues. Cependant, Pierre Claver savait que le langage de la charité, de la miséricorde était compris par tous. De fait, la charité aide à comprendre la vérité et la vérité réclame des gestes de charité: elles vont de pair, elles ne peuvent être séparées. Quand il éprouvait de la répugnance envers eux – car les pauvres venaient dans un état répugnant – Pierre Claver baisait leurs plaies.

Saint Pierre Claver a témoigné admirablement de la responsabilité et de l’intérêt que chacun d’entre nous doit avoir pour ses frères. Pour les autres, ce saint a été accusé injustement d’être indiscret par son zèle et a dû affronter de dures critiques ainsi qu’une opposition persistante de la part de ceux qui craignaient que son ministère n’entrave le commerce lucratif d’esclaves.

Austère et rempli de charité jusqu’à l’héroïsme, après avoir soulagé la solitude de centaines de milliers de personnes, il n’est pas mort entouré d’honneurs. On l’a oublié et il a passé les quatre dernières années de sa vie, malade, dans sa cellule et dans un état épouvantable d’abandon. C’est ainsi que le monde paie; Dieu l’a payé autrement…

Pape François, Voyage apostolique en Colombie / extrait – 10 septembre 2017 (vatican.va)

image: Juan Martínez Montañés et Francisco Pacheco, San Ignacio de Loyola (catholicsun.org)

Print Friendly, PDF & Email