Chemins de traverse – 761 / Albert Camus

Chemins de traverse – 761 / Albert Camus

Chemins de traverse – 761 / Albert Camus

Albert Camus

Il y a une solidarité de tous les hommes dans l’erreur et dans l’égarement. Faut-il que cette solidarité joue pour le tribunal et soit ôtée à l’accusé? Non, et si la justice a un sens en ce monde , elle ne signifie rien d’autre que la reconnaissance de cette solidarité; elle ne peut dans son essence même se séparer de la compassion. La compassion bien entendu ne peut-être ici que le sentiment d’une souffrance commune et non pas une frivole indulgence qui ne tiendrait aucun compte des souffrances et des droits de la victime. Elle n’exclut pas le châtiment, mais elle suspend la condamnation ultime. Elle répugne à la mesure définitive, irréparable, qui fait injustice à l’homme tout entier puisqu’elle ne fait pas sa part à la misère de la condition commune.

Albert Camus, Réflexions sur la guillotine, dans: Essais (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1997)

Print Friendly, PDF & Email