Espérer… avec Saint Augustin – 1

Espérer… avec Saint Augustin – 1

Espérer… avec Saint Augustin – 1

Espérer… avec Saint Augustin – I

Pourquoi te troubles-tu? Ton coeur est troublé par les maux qui oppressent le monde comme était agitée la barque dans laquelle dormait le Christ. Voilà, homme au coeur avisé la cause du trouble de ton coeur, oui, voilà la cause. La barque dans laquelle dort le Christ est le coeur où dort la foi. Car que te dit-on de nouveau, ô chrétien,  que te dit-on en effet de nouveau? Avec les temps chrétiens le monde est ravagé, le monde défaille. Ton Seigneur ne t’a-t-Il pas dit: Le monde sera ravagé? Ton Seigneur ne t’a-t-Il pas dit: Le monde défaillira? Pourquoi Le croyais-tu quand on l’annonçait, et es-tu troublé quand cela se réalise? La tempête se déchaîne donc sur ton coeur: prends garde au naufrage, réveille le Christ. Il faut le réveiller, Le secouer; dis-Lui: Seigneur, nous périssons! (Mt 8,25)

Que ta foi se réveille, le Christ commence à te parler: Pourquoi ton trouble profond, Je t’ai prédit tous ces maux. Je te les ai prédits pour que, quand ces maux seraient là, tu mettes ton espérance dans les biens, et que tu ne défailles pas sous les maux.

Tu es étonné parce que le monde défaille? Etonne-toi plutôt de ce que le monde a vieilli. L’homme a vieilli, il ne cesse de se plaindre; le monde a vieilli, il ne cesse d’être oppressé par les maux. Est-ce pour toi un bienfait insuffisant, le fait que Dieu t’a envoyé le Christ dans la vieillesse du monde, pour te refaire quand tout se défait?

Il est venu quand toutes choses devenaient vieilles, et Il t’a rénové. Le monde qui avait été fait, qui avait été fondé, qui était destiné à périr, touchait à sa fin. Il voyait nécessairement se multiplier les souffrances. Le Christ est venu te consoler au milieu des souffrances et te promettre de jouir d’un éternel repos. Garde-toi de vouloir t’attacher à un monde qui est vieux et de refuser de rajeunir dans le Christ qui te dit: Le monde périt, le monde vieillit, le monde défaille, il souffre de l’essoufflement de la vieillesse. N’aie pas de crainte, ta jeunesse sera renouvelée comme celle de l’aigle. (Ps 102)

Augustin d’Hippone, Sermon 81 / extrait, dans: Sylvain Gasser, Une année avec Saint Augustin (Bayard, 2013)

image: Fra Angelico, La conversion de Saint Augustin (blog.yupnet.org)

Print Friendly, PDF & Email

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.