Chemins de traverse – 345 / Pierre-Jean Jouve

Chemins de traverse – 345 / Pierre-Jean Jouve

Chemins de traverse – 345 / Pierre-Jean Jouve

Pierre-Jean Jouve

Il se trouvait entre les bâtiments misérables une charmante arcade ancienne, reste déchu d’une belle villa, et à l’ombre de l’arcade une paysanne était assise, épluchant des pommes de terre. Cette femme se levait pour accueillir l’arrivant, et un doux étrange sourire donnait à son visage une signification imprévue, comme si dans la paysanne apparaissait un être qui n’avait rien de paysan. Elle portait un corsage noir de toile grossière, car l’été commençait, une jupe sale et un tablier fait avec un sac. Sur ses épaules, seulement, un morceau déchiré d’un châle à fleurs qui avait été beau. Elle était âgée, sans avoir la cinquantaine; elle était plutôt usée. L’âge de cette femme troublait quiconque la regardait. On remarquait que ses cheveux blancs, tirés en bandeaux, gardaient un beau mouvement naturel. La paysanne offrit sa main à l’étranger qui la serra avec effusion et s’assit. L’étranger gardait la main de la femme prisonnière dans ses deux mains. Après un instant la paysanne retira sa main abîmée par les grosses besognes, dont les ongles étaient chargés de terre, et la laissa tomber sur son tablier. L’étranger dit quelques paroles, elle répondit. Mais oui ils étaient aussi contents l’un que l’autre de se revoir. Elle continua de peler ses pommes de terre, en adressant parfois à son visiteur un sourire sans raison et sans but qui exprimait sûrement quelque chose de profond dans son coeur.

Pierre-Jean Jouve, Paulina 1880 (coll. Folio/Gallimard, 1974)

image: http://litterae-lupanaris.over-blog.com

Print Friendly, PDF & Email

Ajouter un commentaire