Morceaux choisis – 979 / Patrick Chauvet

Morceaux choisis – 979 / Patrick Chauvet

Morceaux choisis – 979 / Patrick Chauvet

Patrick Chauvet

Loin de Dieu, nous demeurons tournés vers Lui en scrutant la lumière divine qui se lève au fond des ténèbres. Comme l’écrit saint Augustin: Si les baptisés savent dans quel exil passe leur vie et en quel lieu ils doivent parvenir, peut-être seront-ils embrasés d’une ferveur encore plus grande. Ah! Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout, mais qui nous fait avancer malgré tout!

Dans la sécheresse que nous pouvons connaître, les larmes sont aussi une bénédiction, car elles irriguent le coeur. Il a manqué à Judas de ne pas savoir ou vouloir pleurer, comme l’a fait Pierre après son reniement. Le pain des larmes nourrit la tendresse de l’âme et lui évite toute dureté. Notre tristesse est alimentée par le souvenir: Je me souviens, et mon âme déborde: en ce temps-là, je franchissais les portails! Je conduisais vers la maison de mon Dieu la multitude en fête, parmi les cris de joie et les actions de grâce (Ps 41, 5). Dans une vie spirituelle, le souvenir est essentiel. Parfois le présent resserre le coeur et on désespère; en revanche, les merveilles de Dieu dans le passé remettent les choses en place et un flot de joie remonte du fond de l’âme, qui a préparé les larmes. Alors le silence de Dieu commence à devenir parole.

Au début de notre vie de prière, on franchissait les portails, on se sentait en présence de Dieu, puis c’est le désert! Ne cherchons pas la raison de ce changement dans la prière; il nous faut découvrir que nos oraisons apparemment stériles sont d’un grand profit. Notre foi sortira plus pure et plus forte de cette marche dans le désert, où rien ne pousse, où l’on ne rencontre personne, où l’on n’entend rien! N’oublions pas qu’en de telles oraisons bien sèches, notre désir de retrouver le Christ va s’intensifier. En effet, Sa grâce nous sera donnée d’autant plus abondante que nous serons plus vides et plus arides; et cette aridité a un nom: c’est l’espérance.

Patrick Chauvet, Silence De Dieu – Silence des hommes (Artège, 2020)

image: Carmel du Pâquier, Le Pâquier-Montbarry / Fribourg, Suisse (2021)

Print Friendly, PDF & Email