Morceaux choisis – 996 / Thérèse des Andes

Morceaux choisis – 996 / Thérèse des Andes

Morceaux choisis – 996 / Thérèse des Andes

Thérèse des Andes

Sais-tu quelles sont les âmes qui jouissent le plus de Ma Bonté? Ce sont celles qui se confient le plus en Moi. Les âmes confiantes m’arrachent Mes grâces. Je suis tout Amour et la plus grande peine qu’on puisse faire à Mon Coeur est de douter de Ma Bonté. Non seulement Mon Coeur est compatissant, mais plus il y a à remettre en état, plus il se réjouit, à condition qu’il n’y ait pas de méchanceté. Si tu savais le travail que Je pourrais faire dans une âme pleine de misères, si elle Me laissait faire… L’Amour n’a besoin de rien. Il veut seulement qu’il n’y ait pas de résistance; et ordinairement, ce que Je demande à une âme pour la rendre sainte, c’est qu’elle Me laisse travailler.

Les imperfections de l’âme ne me causent pas de déplaisir, mais elles attirent Ma compassion, à condition qu’elle ne s’y complaise pas. J’aime tant les âmes… Les imperfections doivent lui servir d’échelons pour monter jusqu’à Moi au moyen de l’humilité, de la confiance et de l’amour. Je m’incline vers l’âme qui s’humilie et Je m’abaisse jusqu’à son néant afin de l’unir à Moi.

Thérèse des Andes, Lettre 109, dans: Denis-Marie Ghesquières, Vivre la Miséricorde divine avec les saints du Carmel (carmes-paris.org)

image: https://www.pinterest.fr

Print Friendly, PDF & Email