Morceaux choisis – 1012 / Thomas Merton

Morceaux choisis – 1012 / Thomas Merton

Morceaux choisis – 1012 / Thomas Merton

Thomas Merton

Toutes les générations doivent l’appeler bienheureuse, parce que c’est par son intermédiaire qu’elles reçoivent toutes la part de vie et de joie surnaturelles qui leur sont accordées. Aussi est-il juste que le monde lui exprime sa reconnaissance, que les poètes chantent les grandes choses que Dieu a faites en elle, et qu’on élève, en son nom, des cathédrales. Car notre foi en Dieu demeure incomplète si nous ne reconnaissons pas en la Sainte Vierge la Mère de Dieu, la Reine des saints et des anges et l’Espérance du monde. Comment pourrions-nous Lui demander toutes les grâces que nous espérons recevoir si nous ne comprenions pas, en contemplant la sainteté de la Vierge Immaculée, les grandes choses qu’Il a le pouvoir d’accomplir dans les âmes humaines?

Toute la pauvreté et la sagesse de tous les saints se trouvent dans la personne humaine, réelle, vivante, qui est la Vierge Mère du Christ. Leur sainteté leur est venue par elle parce que dans l’ordre voulu par Dieu, toutes les grâces parviennent aux hommes par l’intermédiaire de Marie. Sa sainteté est le silence dans lequel seul le Christ peut être entendu, et nous pouvons percevoir la voix de Dieu grâce à Sa contemplation. Si nous réussissons parfois à faire taire en nous le tumulte du monde et de nos passions, c’est parce que Dieu l’a envoyée tout près de nous et nous a permis de partager sa sainteté et son effacement.

Elle seule, parmi tous les saints, est incomparable. Elle possède leur sainteté à tous, et cependant ne ressemble à aucun d’eux. Et nous pouvons cependant nous efforcer de lui ressembler. Cette ressemblance n’est pas seulement une chose à désirer, c’est la chose qui est la plus digne de notre désir, car, de toutes les créatures, c’est elle qui a le plus parfaitement atteint cette ressemblance avec Dieu qu’Il veut trouver, à des degrés divers, en chacun de nous.

Thomas Merton, Nouvelles semences de contemplation (Seuil, 1963)

Print Friendly, PDF & Email