Vous verrez le ciel ouvert – 42

Vous verrez le ciel ouvert – 42

Vous verrez le ciel ouvert – 42

Vous verrez le Ciel ouvert – XXXXII

Les entretiens de Charles Journet

Le propre de l’amitié, c’est de révéler à l’ami ses secrets; car l’amitié crée la communauté des sentiments, et fait pour ainsi dire de deux coeurs un seul coeur; aussi, ce que je confie à un ami ne semble pas quitter mon propre coeur. Voilà pourquoi le Seigneur pourra dire à ses disciples: Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître (Jn 15, 15). L’Esprit Saint nous constituant donc amis de Dieu, c’est de Lui que vient la révélation aux hommes des mystères de Dieu. Il nous fait un avec Lui, et Dieu se parle à Lui-même à travers nos pauvres coeurs.

C’est extraordinaire ce besoin qu’a l’homme de dire ce qu’il a dans son coeur. Inversement, ceux qui aiment beaucoup Dieu ne peuvent pas en garder le secret dans leur coeur. Quelquefois sans paroles. Ceux qui aiment Dieu ont besoin de dire ainsi leur amour, d’une façon ou d’une autre.

L’ami, non seulement livre à son ami ses secrets, mais encore il lui donne ce qu’il a. L’ami est un autre soi-même; subvenir aux nécessités de l’ami est un besoin, comme de subvenir à ses propres nécessités. Le propre de l’amitié, dit saint Thomas d’Aquin, est de vouloir faire du bien à l’ami, ce qui est conforme à cette parole de saint Jean: Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans faire preuve de compassion, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui? (1 Jn 3, 17)

Charles Journet, Entretiens sur la charité / extraits (Parole et Silence, 1999)

image: Chartreuse de la Valsainte, Charmey / Suisse (acustica-godel.ch)

Print Friendly, PDF & Email