Morceaux choisis – 382 / Thomas Merton

Morceaux choisis – 382 / Thomas Merton

Morceaux choisis – 382 / Thomas Merton

Thomas Merton

Nous pouvons, en vérité, devenir parfaitement semblables à des dieux en recevant librement de Dieu Sa Lumière, Son Amour, Sa Liberté dans le Christ, le Logos Incarné. Mais dans la mesure où nous sommes implicitement convaincus que nous devrions être tout-puissants par nous-mêmes, nous usurpons une ressemblance avec Dieu que nous n’avons pas.

Dans notre désir d’être comme des dieux, nous cherchons ce que nous pourrions appeler une toute-puissance relative: la faculté d’avoir tout ce que nous voulons, de jouir de tout ce que nous désirons, d’exiger la satisfaction de nos moindres souhaits et que personne ne s’oppose à notre volonté. C’est le besoin de voir tous les autres s’incliner devant notre jugement et de faire triompher nos opinions. C’est la soif insatiable de faire reconnaître l’excellence que nous avons tant besoin de trouver en nous pour éviter le désespoir. Cette prétention à la toute-puissance, notre secret le plus profond et notre honte la plus secrète, est en fait la source de tous nos chagrins, de nos malheurs, de nos mécontentements, de nos erreurs et de nos mensonges. C’est une fausseté essentielle, qui corrompt notre vie morale dans ses racines mêmes, en transformant plus ou moins en mensonge tout ce que nous faisons.

Seules, les pensées et les actions libres de la contamination de cette prétention secrète ont un peu de vérité, de noblesse ou de valeur. 

Thomas Merton, La vie silencieuse / extrait (Seuil, 1957)

image: Abbaye de La Trappe, France (latrappe.fr)

Print Friendly, PDF & Email

Ajouter un commentaire